Arête sud de l’aiguille noire de Peuterey

Le titre d’une des plus belles arêtes des Alpes n’est pas usurpé ! Grâce au rééquipement de l’arête E (points jaunes, spits et même balises catadioptres) par Francesco, il est possible (bien que fastidieux) de descendre de nuit. La descente en wingsuit (croisé en route) est plus efficace : 1 minute 50 contre 9 heures 😉

Bivouac aux sources de la Romanche

Spot royal de bivouac pour les escalades au pic nord des Cavales, pointe Emma, pointe des Aigles.

Rifugio Monzino

Peu de neige cet hiver et au printemps puis des températures caniculaires précoces et constantes : les conditions en haute-montagne deviennent très vite délicates. Mais les courses rocheuses autour du rifugio Monzino restent des valeurs sûres.

Mont Blanc Gonella

Une très belle manière de gravir le Mont Blanc même si les 3 journées sont chacunes bien longues.

Aiguille Centrale d’Arves

La voie normale de l’aiguille Centrale d’Arves est à la fois facile (car peu technique) et difficile (car exposée et paumatoire). Un peu comme la voie normale de l’aiguille du Moine ou la voie Escarra à l’Olan, elle demande une expérience certaine de l’assurance en mouvement (corde courte, mini longueur) et de la recherche d’itinéraire. La progression en corde tendue n’est pas adaptée (difficile de mettre des points, autant enlever la corde ;-)).

Formation aux manips de corde

Deux jours de formation aux manips de corde en assurance en mouvement avec Objectif Alpinisme. Aller vite, en sécurité, avec une corde. C’est un peu le nœud gordien de l’alpinisme. La majorité des courses d’alpinisme demandent d’être rapide car longue mais ne sont pas assez raides pour grimper de relais en relais comme dans une paroi d’escalade. Anneaux à la main, corde courte, accordéon, corde tendue, mini-longueur … Deux journées qui passent vite entre couloirs de neige et arêtes montée/descente avec de superbes conditions automnales.

Rochefort-Jorasses

2 journées sur le fil Rochefort-Jorasses. L’archétype de la course d’arête alpine. Les moments forts : l’arête du Dôme en glace, les longueurs de la pointe Young de nuit, la descente de la Marguerite et la traversée d’Hélène, la neige pourrie de la Whymper, le brouillard pour gagner l’éperon de descente de la Walker et le chaos de séracs à traverser pour gagner le Reposoir. Ne rien lâcher !

Voie Escarra à l’Olan

Classique de l’Oisans comparable aux grandes courses par sa longueur, la recherche d’itinéraire et surtout la complexité des manips de corde pour être efficace. La cotation PD laisse songeur ;-). Pour la descente, tous les rappels passent avec une corde de 25 m (25 m pour le rappel sommital, 3/4 rappels entre 10 et 15 m sur l’arête et le ressaut inférieure est maintenant équipé de relais chaînés tous les 25 m).

Courses d’alpinisme

De belles courses loin de la foule. Été perturbé : de belles conditions là-haut … quand il fait beau 😉

Formation à l’autonomie

Arêtes dans le cadre de stage de formation ObjectifAlpinisme et avec un public désireux d’être autonome.  Plus que le savoir faire de nœuds et autres techniques, l’enjeu principal (et vital !) est bien l’utilisation appropriée de la corde en l’assurance en mouvement.